Le fashion marketing ou marketing de la mode au Burkina Faso!

Lemonde.fr

Le fashion marketing ou marketing de mode au Burkina

Dans l’industrie de la mode au Burkina la concurrence n’est pas pour le moment rude. Je dirais même qu’elle n’existe pas. Que ce soient les grandes ou les petites marques, aucune ne rivalise d’originalité et surtout de pratiques communicationnelles et marketing pour se faire une place de choix chez les consommateurs. Elles se contentent du minimum qu’elles gagnent. Ne cherchent pas à recruter de nouveaux clients. Ne connaissent pas ou ne trouvent pas l’importance de la communication pour instaurer ou créer une image de marque

Elles oublient un fait essentiel : le marché de la mode mondiale et burkinabè en particulier connait d’importantes mutations. Les consommateurs deviennent difficiles. De surcroit la chinoiserie et le « France au revoir » inondent le marché. Produits considérés comme étant de qualités et relativement moins chères par rapport à la production locale, le choix est immédiatement fait.
D’où la nécessité de faire connaitre ses produits et ses plus-values, la nécessité d’aller à la recherche des clients, de créer le besoin et susciter de l’intérêt pour le « made in Burkina ».

Rfi.fr

Le ciblage

Dès la création, la marque doit cibler une population de consommateurs. J’en parlais dans un article ici. Par ailleurs, en terme de communication, il serait par exemple intéressant d’utiliser cette cible comme message à véhiculer. C’est-à-dire, faire connaître au public la cible de la marque. L’objectif est de laisser une « certaine habitude » ou si on veut un « système » de référence dans l’esprit du consommateur.

La marque Black du jeune créateur Ben Isaac Compaoré, est pour moi une marque très créative, réservée au monde du cinéma et de la musique, même si cet aspect n’est pas explicite dans ses différentes communications. La marque KoroDKStyle, je la qualifie de marque réservée aux dames avec un revenu mensuel élevé. Quant à KARAH, je la classe comme une marque de shopping entre filles, jeunes et branchées, qui recherchent à la fois un style afro-moderne et tendance.
Bref, il y a une panoplie de marques qui gagneraient à se catégoriser.

Interactions sociales/ e-réputation

Interagir avec le client est l’une des actions essentielles dans le processus de mise en œuvre du plan marketing. Une marque qui n’est pas en relation ou en interaction assez régulière avec ses clients prend le risque de les perdre et pose donc la problématique de la fidélisation clients. Dans ce sens le numérique se présente comme l’outil par excellence pour interagir avec ses clients et même pour en conquérir.

Au Burkina Faso, les réseaux sociaux les plus utilisés – essentiels dans le domaine de la mode – sont Facebook et WhatsApp. Instagram qui est le réseau social par excellence de la communication de mode (image de marque, notoriété), n’est pas très utilisé. Pourtant, avoir un compte Instagram, Pinterest, Google+(était également présent et a été supprimé le mois dernier), un site internet permettent d’internationaliser la marque et de nourrir un e-réputation.

Se différencier en créant une ambiance originale

2eme partie…

Laisser un commentaire

×
×

Panier